La liberté SELON VOUS (oui vous👈, là)

Le questionnaire de l’expérience se trouve ici :
👉👉👉 LE QUESTIONNAIRE 👈👈👈

Les connaisseurs auront remarqué que le scénario 3 est un « cas de Frankfurt ».

Les scénarios 4 et 5 s’inspirent des scénarios de cet article classique de philosophie expérimentale.

Sommaire

0:00 – 1er scénario : tueur à gage
1:10 – 2e scénario : sous l’emprise d’une substance
1:55 – 3e scénario : la puce dans le cerveau
3:28 – Pourquoi s’intéresser à la compréhension intuitive des notions de liberté et de responsabilité ?
5:48 – Un peu de philosophie expérimentale
8:45 – Participez à l’expérience !
9:57 – 4e scénario : les quadruplés
12:10 – 5e scénario : l’éternel retour
12:35 – Déterministe =/= prévisible
14:28 – Modèle cyclique de l’univers
15:21 – 5e scénario (suite) : l’éternel retour du tueur à gage
16:10 – Merci pour votre participation !

Le paradoxe de Newcomb résolu ?

Vous pouvez aller voter dans le commentaire épinglé (sur la page YouTube) !

Une précision concernant la variante de Fear Factor : l’idée derrière cette variante, c’est seulement de souligner en quoi l’information qu’on acquiert sur soi peut servir de motif à l’action, peut nous donner une bonne raison d’agir. Ce cas est plus frappant parce que normalement, si vous avez vraiment choisi une action pour laquelle vous êtes très incertain quant à votre capacité de la faire, il doit être clair que vous acquerrez une information sur vous-même si vous réussissez à réaliser l’action : vous aurez appris que que vous en êtes capable. Et il doit être clair aussi qu’avant d’ouvrir la mallette vous ne pouvez pas acquérir cette information autrement qu’en réalisant l’action.

D’autre part vous devriez considérer aussi que si vous apprenez que vous avez cette capacité à faire l’action, alors vous apprenez du même coup que cette capacité aura aussi très très probablement causé la détection de l’algo et donc la présence de la récompense, et la perspective d’acquérir cette information qui augmente la probabilité (épistémique) d’avoir la récompense peut sembler particulièrement convaincant et constituer en soi une raison de faire l’action. En tout cas ça me paraît plus saillant pour ce type de cas.

Mais gardez en tête que ce n’est pas ça un cas « classique » de Newcomb, ne focalisez pas votre lecture du paradoxe sur ce cas seulement, c’est juste une variante pour illustrer un point ; cette variante est moins bonne sous certains aspect parce que c’est moins « pur » que le cas classique (ou la variante à 2 joueurs), il y a beaucoup d’autres raisons d’agir qui peuvent intervenir dans le cas Fear Factor. Ça reste un cas intéressant à avoir en tête pour rendre plus concrète et intuitive l’idée qu’un agent peut avoir à faire une action pour acquérir une information sur une caractéristique qu’il ignore posséder déjà.

Si vous êtes curieux des sondages de philosophes que je mentionne à la fin, vous pouvez jouer avec ici.

Dilemme du prisonnier et paradoxe de la coopération

C’est un peu un spoil du prochain épisode mais ces histoires de dilemmes du prisonnier entre jumeaux psychologiques en rapport avec le paradoxe de Newcomb, ça me vient de cet article du vénérable David Lewis.

SOMMAIRE

0:00 – Qu’est-ce qu’un dilemme du prisonnier ?

2:44 – Tragédie des biens communs et dilemme du prisonnier multi-agents

7:17 – Réputation morale et dilemme du prisonnier répété

12:33 – La dimension morale (ft. Kant)

16:51 – Détour chez les aliens et probabilité épistémiques

21:58 – Un dilemme du prisonnier réel et incertain

24:45 – Incertitude de son propre choix

26:08 – Mon propre choix m’apprend-il quelque chose du choix de l’autre ?

28:32 – La variante des jumeaux psychologiques

30:14 – Deux types de théories de la décision : causale vs. évidentielle

31:27 – VOTEZ : comment maximiser son gain dans un dilemme du prisonnier non-répété contre son jumeau psychologique ?

32:29 – Ce que mes propres choix m’apprennent de mes semblables dans l’humanité (ft. Kant again)

35:56 – Deux exemples : le confinement et le paradoxe du vote

38:56 – Le rapport avec Newcomb ? + Outro

Le paradoxe de Newcomb et la malédiction de la rationalité

Sommaire

0:00 – Introduction (présentation du problème)
2:04 – L’état très divisé de vos réponses…
5:11 – Une petite histoire du problème de Nozick à aujourd’hui
6:39 – 1re étape : le buveur candide
7:30 – 2e étape : l’ouvreur « on me la fait pas »
8:52 – 3e étape : l’ouvreur aigri (ou le rationaliste malheureux)
10:20 – 4e étape : le buveur perplexe
11:34 – Le libre-arbitre n’est pas le problème ni la solution
14:56 – Un cas de Newcomb empiriquement crédible
19:04 – Maximisation de l’espérance vs. stratégie dominante
19:39 – Pourquoi calculer l’espérance n’est pas vraiment pertinent
21:19 – Qu’est-ce qu’une stratégie dominante ? Le dilemme du prisonnier
24:02 – Quand il vaut mieux ne pas suivre la stratégie dominante
26:22 – Les ouvreurs ont-ils raison de suivre la stratégie dominante ?
28:36 – Boire le poison EST la meilleure stratégie. Meet Alfred.
31:02 – Nous ne sommes pas des Alfred
32:11 – La variante de la mallette transparente
35:14 – La toxine de Kavka (et à nouveau pourquoi nous ne sommes pas des Alfred)
37:08 – Pourquoi il est peut être intelligent de jouer au con
38:27 – Le chicken game
42:33 – Le problème de Krazy-8 (ou l’autostoppeur de Parfit)
45:18 – Pouvez-vous prédire votre propre choix dans une situation de Newcomb ?
47:17 – Outro (et pourquoi certaines questions posées au début de la vidéo n’ont pas encore trouvé de réponse…)

Mon paradoxe préféré !

Pour voter, allez voir les réponses au commentaire épinglé en haut de la page. Et faites un commentaire à part pour justifier votre réponse.

On se retrouve bientôt pour analyser ce paradoxe plus en profondeur ! Je vous donnerai davantage de sources à ce sujet dans cette prochaine vidéo…

Sommaire :

0:00 – Intro
0:52 – Un poison que vous ne boiriez pas gratuitement
1:47 – Mais vous pourriez le boire pour 100k €
3:29 – Effet X du poison et récompense Y : choisissez un X et Y qui satisfont les conditions requises
4:15 – Une mallette qui contient 100k € ou rien
5:24 – Comment fonctionne la prédiction ?
7:40 – La situation paradoxale + 4 précisions
10:27 – Faites votre choix (votez en commentaire)
12:21 – Le paradoxe de Newcomb
14:32 – [Sponso] Le philosophe NordVPN a un message pour vous
16:04 – Outro

Pourquoi les philosophes médiatiques disent de la merde

Je sais pas si vous avez remarqué, mais les philosophes médiatiques ça dit souvent de la merde. Eh ben aujourd’hui on va essayer de comprendre pourquoi.

Un problème philosophique ? Appelez le SAV !

Un article de la philosophe Juliette Ferry-Danini (créatrice dudit SAV, soit dit en passant) qui rejoint et développe pas mal de points de la vidéo.

L’article de Florian Cova sur l' »épistémologie » de Raoult (et qui au-delà de son sujet constitue une introduction très intéressante à l’épistémologie contemporaine).

Un article du philosophe Jean-Michel Dupuy sur l’argumentaire d’André Comte-Sponville (avec un passage particulièrement intéressant sur le sophisme du bug de l’an 2000).

L’extrait surréaliste d’Onfray provient de cette vidéo (à partir de 34:00 environ).

Qu’a-t-on fait d’Aristote pendant 2000 ans ?

« C’est parce qu’on n’osait pas remettre en cause l’autorité d’Aristote qu’on a cru pendant 2000 ans que la Terre était au centre de l’Univers, et encore plus à cause de l’Église qui érigé l’aristotélisme en dogme pendant tout le Moyen-Âge ! Preuve en est : elle a brûlé Giordano Bruno qui avait osé soutenir qu’une pierre qu’on lâche du haut d’un mât d’un navire en mouvement tombe au pied du mât, contre l’opinion d’Aristote (évidemment fausse ! il lui aurait suffit de faire l’expérience…) »

Si vous êtes plutôt d’accord avec ce paragraphe, cette vidéo est faite pour vous !

Ma première vidéo sur Aristote et l’histoire des sciences.

Pour beaucoup beaucoup beaucoup de détails et de sources concernant ces histoires de lâchers de pierre du haut d’un mât.

Sur le procès de Giordano Bruno : Saverio Ricci, 2011, « Le procès de Giordano Bruno par l’Inquisition »

Sur la cosmologie de Giordano Bruno : Jean Seidengart, 2004, “Pensée cosmologique et philosophie naturelle chez Giordano Bruno et William Gilbert”

Liberté formelle ou liberté réelle ?

Le vocabulaire « liberté formelle » / « liberté réelle » vient de Marx (pour autant que je sache) mais comme je le souligne vers la fin de l’épisode j’ai essayé dans ces vidéos de présenter une distinction entre trois sens de liberté qui soit assez transversale et qui pour cette raison ne s’efforce pas forcément de coller parfaitement à tel ou tel auteur (d’où le fait que je les appelle simplement liberté 1, 2 et 3), et il me semble qu’on peut trouver des idées similaires chez une multitude d’auteurs (par exemple la distinction entre liberté positive et négative chez Isaiah Berlin peut aussi faire écho à pas mal de trucs de cette vidéo).