Au nom du père : cette norme qui devrait disparaître

L’article du philosophe William MacAskill évoqué dans la vidéo.

Un article de la sociologue Virginie Descoutures sur le nom des femmes et sa transmission.

Les statistiques de noms donnés aux enfants en France pour 2014. Et la même chose pour 2017.

Par curiosité, j’ai cherché des données sur la transmission du nom du père au Royaume-Uni et je n’ai pas réussi à en trouver. Si vous en trouvez (ou si vous trouvez pour d’autres pays ou pour d’autres années en France, ce sera toujours intéressant), envoyez-moi le lien et j’ajouterai ça ici.

Ah et n’oublions pas la vidéo drôlatique sur les noms dans les RPG.

La liberté d’expression | Retour sur « l’affaire Tipeee »

« Je ne suis pas d’accord avec vous, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire ! » Peut-on dire que Tipeee incarne cette noble exigence ? Ont-ils raison de se présenter en héraut de la liberté d’expression et de condamner la modération sur les autres plateforme comme une « faute morale ». Eh bien, on va voir que ça se discute. Et on va voir pourquoi il est important de considérer la liberté d’expression avant tout comme un droit-liberté et non comme un droit-créance.

La vidéo d’explication de Michael Goldman (le passage sur la « faute morale » des autres plateforme est à la fin).

Un article intéressant de Numerama sur la modération chez uTip, où l’on voit qu’il font évidemment face à des difficulté pour tracer la limite de ce qu’ils acceptent ou refusent et qu’ils sont loin d’exclure tout ce avec quoi ils sont en désaccord : ils essayent avant tout d’avoir une approche conséquentialiste et excluent avant tout les contenus dont l’impact leur semble dangereux. Comme je le dis dans la vidéo, c’est très imparfait, mais c’est un type d’approche qui me semble préférable qu’une inaction de principe dont l’impact très négatif est quasi-certain.

Le script a été relu par Maxime Lambrecht, qui en plus d’être docteur en droit et chercheur en éthique et en droit de l’Internet, est aussi le créateur de la chaîne @Philoxime . Il se trouve qu’une partie de sa thèse discute justement de la question de savoir si on peut considérer un droit-créance minimal pour la liberté d’expression. Si ça vous intéresse vous pouvez lire ça dans sa thèse à partir de la page 171.

Au demeurant, il compte faire une vidéo sur tout ça, donc pour ne pas la rater abonnez-vous à son excellente chaîne !

Les vaccins nous feront-ils changer d’R ?

La vidéo de Thibault Fiolet sur le variant delta et les vaccins.

Un article d’Ed Yong qui fait le point sur l’avenir de l’épidémie à l’heure du variant delta (centré sur le cas des Etats-Unis certes), et c’est plutôt pessimiste sur la question de maîtriser le taux de reproduction grâce à une couverture vaccinale élevée.

Comme je le dis à la fin de la vidéo, il me semble qu’à l’heure actuelle, ça reste très incertain. Une couverture vaccinale à 90% pourrait être suffisant ; et ça pourrait bien dépendre notamment du type de vaccins principalement utilisés : ainsi Moderna, aux dernières nouvelles, serait plus efficace pour empêcher l’infection que Pfizer (et malheureusement le premier est très peu utilisé en France). Bref, la perplexité est permise.

Ce principe sur lequel tout le monde s’entend

Ma première vidéo sur la liberté politique (qui peut être un bon complément à celle-ci).

Sommaire

0:00 – Une question posée par Bigard et Lalanne n’est pas forcément mauvaise.
1:06 – « Il y a déjà d’autres vaccins obligatoires » : est-ce en soi un argument ?
1:29 – Toutes les lois sont liberticides (et ça va)
3:42 – Compromis entre restriction de liberté et gain social
5:27 – Le principe de tort, chez J.S. Mill
8:27 – Un principe de tort minimal
10:20 – Comment appliquer ce principe de tort minimal à la situation actuelle
11:25 – Un désaccord épistémologique plutôt que morale ou politique
14:43 – Outro

1984 : Orwell avait-il tout prévu ?

« 1984, un roman d’une tragique actualité », « un monde pas si lointain du nôtre »… Et si on lisait vraiment Orwell pour juger de la pertinence de ces comparaisons à l’actualité ? Le monde de 1984 ne ressemble probablement à l’idée que vous vous en faites…


Sommaire

0:00 – Annonce : mon livre audio + sponso Audible
2:38 – « 1984, un monde pas si lointain du nôtre ? »
6:01 – Les conditions de vie : futuriste ou archaïque ?
10:04 – L’organisation sociale : le prolétariat, le parti, Big Brother
12:30 – Le monde de 1984 vs. notre monde
14:34 – Qu’est-ce que le totalitarisme ?
16:19 – Orwell et la satire du totalitarisme dans la Ferme des animaux
17:47 – 1984 ou le totalitarisme à l’état pur
19:24 – « Une botte piétinant un visage humain… éternellement. »
24:10 – Conclusion : 1984 est-il d’actualité ?
25:28 – Outro

✍️ BAC PHILO – Comment VOUS notez 🆚 comment notent les PROFS 👩‍🏫👨‍🏫

Pourquoi vous vous trompez sur ce qu’attendent les profs de philo au bac…

Le document sur la notation des copies de philo dont je parle vers la fin de la vidéo.

Sommaire :

0:00 – Intro – Vous vous trompez sur ce qu’attendent les profs !
1:19 – Copie A – groupe moldus
2:43 – Copie B – groupe moldus
4:00 – Copie C – groupe moldus
5:39 – Les moldus philosophes
6:32 – Avertissements sur le groupe profs
7:20 – Copie A – groupe profs
8:11 – Copie B – groupe profs (ou pourquoi c’est important de traiter le sujet)
10:47 – Copie C – groupe profs (le cauchemar des profs)
14:07 – Deux types de correcteurs : le problème du chameau
16:07 – Ce que disent les consignes de correction
17:03 – Conclusion et outro

__________

Pour les lires plus facilement, voici les trois copies discutées dans la vidéo.

__________

Copie A


Dans le film « Matrix », le personnage a le choix entre la pilule rouge et la pilule bleue. Lui donner ce choix suffit-il pour le rendre libre ? Or, s’il choisissait la pilule bleue il resterait prisonnier de la matrice. Cet exemple soulève ainsi la problématique suivante : peut-on choisir librement de ne pas être libre ? La liberté, rappelons-le, est le fait d’agir sans contrainte et de faire ce que dicte notre volonté. Sommes-nous donc vraiment libres de ce que nous choisissons ou nos choix sont-ils influencés par des désirs inconscients ? Pour traiter ces questions, nous verrons comment le subconscient nous empêche de choisir librement, puis nous parlerons de l’existentialisme qui critique cette idée, et enfin des Stoïciens et de la volonté.

Pour un psychanalyste, nous ne sommes pas libres de nos goûts, de nos choix, puisqu’ils sont tous prédéterminés par notre subconscient, c’est-à-dire une partie de notre esprit que nous ne pouvons pas contrôler. Ainsi même si j’ai eu le choix de m’habiller avec un T-shirt rouge ou un T-shirt bleu ce matin pour affronter l’épreuve de Philosophie du Baccalauréat, j’ai peut-être inconsciemment choisi le bleu parce qu’il me rappelait la couleur de ma chambre d’enfant. L’esprit selon les psychanalystes est divisé en trois parties : le Moi, le Ça et le Surmoi. Ces différentes parties constituent l’inconscient qui influence sans qu’on le sache tous les choix que l’on fait. Même lorsque je crois choisir par mon propre libre-arbitre, c’est mon subconscient qui déciderait en quelque sorte à ma place. Avoir le choix ne suffit donc pas pour être libre puisque c’est mon inconscient qui fait le choix pour moi. Je me crois libre seulement parce qu’il est difficile de réaliser comment mes choix sont causés en secret par ces désirs inconscients.


Mais avons-nous vraiment un inconscient ? Pour Sartre, l’inconscient est une excuse pour éviter d’assumer ses responsabilités. Croire qu’on est prisonnier d’un inconscient qui fait les choix à notre place serait la preuve de notre mauvaise foi. Au contraire, d’après l’existentialisme, l’homme est radicalement libre, c’est un être de liberté, et donc il est responsable de ses choix. Ainsi, si nous prenons conscience de ce qui nous détermine, alors nous pouvons nous en libérer. Par exemple, si j’avais compris que j’ai choisi le T-shirt bleu ce matin à cause de ma chambre d’enfant, j’aurais pu finalement choisir le T-shirt rouge pour prouver ma liberté et me libérer de ce déterminisme. C’est en faisant le travail de se connaître soi-même que l’on peut regagner sa liberté.


Enfin, j’agis avant tout selon ma volonté qui dicte mes choix. D’après les stoïciens, il faut distinguer la volonté intérieure et le désir. Je ne peux être esclave de ma volonté puisque ma volonté je la contrôle, c’est moi qui la définis, tandis que le désir est la soumission du corps à un simple besoin. Les stoïciens expliquent ainsi qu’il faut se détacher de ses désirs pour être libre et développer sa propre volonté, indépendante de l’esclavage des désirs. Mes choix sont donc libres quand ils viennent réellement de ma volonté intérieure plutôt que d’un simple désir.


Suffit-il d’avoir le choix pour être libre ? Si nos choix sont le fruit d’un subconscient, il faudrait répondre non, mais nous avons vu que cette idée était critiquable. En distinguant volonté et désir, nous pouvons conclure qu’un choix qui vient de ma propre volonté est vraiment libre.

_________

Copie B

Avoir le choix, c’est pouvoir faire plusieurs choses tout en sachant qu’on ne pourra pas toutes les faire. Dans ce cas est-on libre de faire une chose ou l’autre ? Pourtant il y a des déterminations qui peuvent jouer, on ne choisit jamais à partir de rien. Par exemple mes goûts musicaux sont beaucoup hérités de ma famille, de mes amis. Même quand je choisis d’aimer une musique par moi-même, je n’ai pas complètement choisi. L’impression d’avoir fait un choix serait alors plutôt une illusion que la réalité. Ceci amène à se demander : « Suffit-il d’avoir le choix pour être libre ? » Nous traiterons la question sous l’angle des choix qui sont souvent plus limités qu’on ne pense. Ensuite nous parlerons du cas où on peut choisir tout ce qu’on veut. Et pour finir nous parlerons du déterminisme.


Prenons un exemple. Tous les élèves de Terminales doivent faire leur choix pour les études supérieures. Mais suffit-il d’avoir le choix pour être libre ? Je ne suis pas libre d’être accepté dans mon premier choix car cela dépend des places disponibles. Je ne suis pas libre non plus de choisir n’importe quelle formation, ça va dépendre de mon parcours scolaire. On voit qu’un choix peut être plus ou moins limité et donc plus ou moins libre. Quand il faut choisir entre la peste et le choléra c’est un choix mais où est la liberté ? Ce n’est pas un vrai choix parce que c’est beaucoup trop limité, on ne veut ni la peste ni le choléra. Quand les choix sont trop limités, on ne peut pas parler de vraie liberté. Donc il ne suffit pas de n’importe quel choix pour être libre, il faut un vrai choix.

Mais supposons qu’on ait vraiment les moyens de choisir tout ce qu’on veut (par exemple après avoir gagné au loto), alors est-ce qu’on est libre enfin ? Tout dépend ce qu’on appelle libre. Si c’est faire tout ce qu’on veut, on peut dire qu’on est libre dans ce cas puisque du coup on peut vraiment faire tout ce qu’on veut ou presque (même si on ne peut pas enfreindre la loi). Mais est-ce qu’on ne s’ennuierait pas un peu ? Quand tout est trop facile, c’est comme si rien n’avait de sens, on ne se sent même plus vraiment libre. Peut-être qu’un minimum de contrainte est utile pour apprécier la liberté. Dans ce cas, avoir un choix total qui nous laisserait faire tout et n’importe quoi ne serait pas la solution pour être libre.

Troisièmement, d’après le déterminisme, nos choix sont de toute façon déjà écrits de bout en bout. Il y a des déterminismes pour tout : déterminismes sociaux, déterminismes génétiques, biologiques, etc. L’histoire suit le cours des choses prédéterminé par ces déterminismes. C’est l’idée de cause et d’effet. Si tout ce qui arrive est un effet qui a une cause avant, alors tout est déjà déterminé depuis le début. Si cette idée est correcte alors même quand nous avons le choix, ce n’est pas vraiment un choix puisque tout est déjà décidé. Donc pour conclure il ne suffit pas d’avoir le choix pour être libre.

_________

Copie C

La liberté est une valeur omniprésente dans nos sociétés contemporaines, par exemple dans notre devise nationale « Liberté, Egalité, Fraternité » ou dans le tableau d’Eugène Delacroix « La liberté guidant le peuple ». Ou encore dans des choix tels que Fleurissoir dans les Caves du Vatican (Gide) qui jette un inconnu d’un train pour se prouver sa propre liberté. Était-il vraiment libre de le faire ou non ? Mais qu’est-ce que cette liberté dont chacun parle ? Il est important de définir les termes. Selon Rousseau, l’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté. Faut-il obéir à la loi qu’on s’est prescrite pour être libre même en l’absence de choix ? Ou suffit-il d’avoir le choix pour être libre ? Nous verrons qu’il n’est pas possible d’être libre d’après le fatalisme et le déterminisme, puis nous parlerons des lois et enfin de l’éducation qui nous permettent de devenir libres.


Pour un certain nombre d’individus, la liberté n’est qu’une illusion car chacun est en réalité dirigé par des forces supérieures. Les héros de tragédies grecques tel que Œdipe ne peuvent pas échapper à leur destin. C’est aussi l’idée de prédétermination si Dieu sait déjà tout ce que nous allons faire. Tout sentiment de liberté est alors illusoire : à quoi bon tenter de changer une histoire écrite par avance ? C’est le fatalisme qui s’oppose à toute forme de liberté. Une idée moins extrême est le déterminisme. Le déterminisme apparaît avec les sciences modernes au 17ème siècle (Newton). Dans une telle conception, le hasard n’existe pas. Nous sommes déterminés par des facteurs sociaux, notre milieu d’origine influence nos goûts, notre façon d’être qui constituent pourtant ce que nous avons de plus personnel. Nous sommes également déterminés par des facteurs historiques comme le rejoint la notion de « matérialisme historique » de Karl Marx. Pire encore, nous sommes déterminés par des facteurs génétiques et biologiques. Toute action a une cause, il y a un principe de causalité. Ces perspectives de fatalisme, de déterminisme, sont extrêmement déstabilisantes. Ne sommes-nous réellement que des robots qui n’ont aucun choix ?


« Nous croyons être libre car nous ignorons ce qui nous détermine » écrivait Spinoza. La liberté n’est pas synonyme d’absence de contraintes car alors personne ne serait libre, en raison des lois qui nous dirigent. Mais, est-ce que les lois sont des contraintes ? La première fonction des lois est d’empêcher la guerre de tous contre tous, car selon Hobbes « L’Homme est un loup pour l’homme » et cela met en place « la loi du plus fort ». Pour ne pas être prisonnier de la loi du plus fort il faut sortir de l’état de nature en acceptant d’obéir aux lois. La situation devient alors paradoxale parce que c’est la contrainte des lois qui me rend plus libre. Les lois nous rendent plus libre même si elles posent des interdictions.


Enfin, parlons de l’éducation. Selon Rousseau « éduquer c’est l’apprentissage de la Liberté ». Pourtant, l’éducation apparaît comme une contrainte, parfois même un dressage. À sa naissance l’Homme est soumis à toutes les formes d’aliénations : il est incapable de subvenir à ses besoins, incapable de penser. Sans éducation, il devient comme un animal, tel Victor dans le film « L’enfant sauvage ». On peut dire que l’enfant a une liberté mais qu’il ne sait pas s’en servir. Le mauvais usage de notre liberté durant notre enfance peut faire de nous un enfant roi, habitué à tout commander, à satisfaire tous ses désirs. Mais être libre selon Rousseau, ce n’est pas être esclave de ses désirs, c’est être autonome.


En conclusion, nous avons vu pourquoi le déterminisme et le fatalisme sont insatisfaisants. Nous pouvons avoir le choix et être libre, dans le cadre des lois et de l’éducation. Mais avons-nous vraiment le choix ? Nous pouvons enfin répondre avec la citation de Sartre : « nous sommes condamnés à être libres », c’est-à-dire que nous devons toujours assumer la responsabilité de nos actes.

_______________________________________________________________

Voici un résumé des principaux résultats. (Les résultats des profs diffèrent légèrement de ce qui apparaît dans la vidéo car j’ai complété avec deux participations qui sont arrivées juste à la fin du montage).

J’ai beaucoup de choses à rajouter pour compléter ce qui est dit dans la vidéo ! Dans l’ordre :

  • comment j’ai préparé les trois copies
  • comment j’ai chassé les trolls
  • êtes-vous impartiaux ?
  • et la hiérarchie des copies ?
  • et les profs moldus ?

__________________

Comment j’ai préparé les trois copies

Pour commencer, je dois confesser une faute, un crime : je vous ai menti. Les trois copies que je vous ai demandé de corriger en vous les présentant comme des vraies copies d’élèves… je les ai en fait fabriquées.

Ceci dit, je me suis inspiré de divers passages d’une vraie copie du bac ES qu’on m’a envoyé, mais celle-ci est en fait très différente (et bien meilleure que chacune de ces trois copies). 

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles j’en suis venu à fabriquer les copies. D’une part, j’avais du mal à trouver plusieurs copies sur le même sujet (et particulièrement des copies moyennes : on m’a envoyé surtout des copies excellentes, ce qui est beaucoup moins intéressant pour l’exercice). D’autre part, j’en suis venu à penser que fabriquer les copies me permettrait d’en avoir trois, plutôt moyennes, mais qui soient très différentes dans leurs qualités et défauts. En somme, ça me permettait de représenter trois types de copies : une copie A « bien mais pas top », une copie B « hyper basique mais dans le sujet », et une copie C « récitation de cours hors-sujet ».

Au moment de tourner ma vidéo de présentation, je ne mentais pas encore en disant que les copies provenaient de vrais élèves vu que je n’avais pas encore pris ma décision sur ce point et que je pensais encore que ce serait le cas. J’aurais bien sûr pu changer les choses au montage, mais j’ai préféré cacher la nature des copies pour deux raisons.

D’une part, songer que la note qu’on attribue aura un impact réel sur la vie d’une personne réelle, ça me semble être un aspect très important de la correction du bac. Dans la présentation du questionnaire je soulignais ainsi que la note vaut pour environ 10% de la note finale des candidats, ce qui revient à dire que chaque point qu’on ajoute ou qu’on retire ajoute ou retire un dixième de point de la note finale du bac de l’élève, qui peut du coup avoir ou non son bac, ou avoir une mention ou non… Qu’on le veuille ou non, noter le bac a potentiellement un impact de ce type (et c’est un poids assez désagréable à porter). 

Par ailleurs, prétendre que c’était des vraies copies me permettait de ne pas attirer votre attention sur le fait qu’elles sont là pour représenter différents types généraux de copies, et que ce qui m’intéressait, en plus des questions de variabilités des notations, etc., c’était aussi et surtout de voir comment sont notées ces différents types de copies.

En somme, si je vous avais prévenu que les copies avaient été fabriquées à dessein pour tester cet aspect des choses, vous auriez peut-être été enclin à noter ces copies comme des « abstraction » de copie, plutôt que comme des copies réelles.

Donc voilà, je confesse mon crime. Je suis un faussaire de copies. Et croyez-moi, c’est très chiant d’écrire des fausses copies de bac moyennes.

____________________________

Comment j’ai chassé les trolls

Pour accéder à la version « profs » du questionnaire, il fallait disposer d’un lien que je n’ai pas diffusé publiquement. Je l’ai diffusé seulement sur un groupe Facebook privé de profs de philo (qui compte plusieurs milliers de membres) et je l’envoyais aussi aux personnes qui me contactaient en privé, et j’encourageais tout le monde à envoyer le lien aux collègues concernés.

La plupart des profs de philo ont très bien accueilli ma démarche, mais depuis le temps que je fais des vidéos sur YouTube je ne me suis pas fait que des amis chez les profs… Par exemple, ce compte Twitter d’un prof (du genre réac à la René Chiche) a accueilli un peu plus que tièdement ma vidéo qui présente le questionnaire :

À peu près au même moment, je recevais une première réponse clairement « troll » : le participant a noté toutes les copies 1 et a laissé notamment ce commentaire qui se veut (je suppose) une caricature de discours « woke » :

0 référence à de vrais arts, comme le street art, le rap fr et us, rien que des philosophes inutiles dont il faudrait limiter l’utilisation. Ca ne cite que des hommes et ça ne comprend pas que le sujet est essentiellement une question de genre. On sent des copies de cis blanc het pro-patriarcat et des relations hétéronormées des beaux quartiers de Paris, c’est navrant. Pas d’écriture inclusive, ça accumule les stéréotypes de genre et invisibilise les femmes, qui ont déjà une énorme charge mentale sur elles. On aurait pu aussi se rendre sensible à la dimension postcoloniale du sujet avec l’oppression de l’homme blanc qui empêche tout autre personne de choisir. C’est des copies vraiment d’un autre temps, il faut se réveiller là, plus de woke please.

Il y a d’autres extraits du même « troll » dans la vidéo à 6:52 si ce genre de débilité vous amuse.

Après examen des commentaires sur les copies, j’ai identifié un autre troll qui laissait des commentaires dans le même ton. Ces « trolls » avaient au moins la politesse d’être suffisamment débiles et démonstratifs pour être facilement identifiables, mais j’ai commencé à craindre que des « trolls » plus discrets se cachent en proportion importante dans les résultats. Comment faire pour m’assurer de la qualité des données ?

Une première chose qui m’a semblé assez simple à faire (et que je pouvais faire aussi sur le questionnaire « tout public »), ça a été d’exclure toutes les réponses qui donnaient la même note aux trois copies.

Certes, il est possible qu’un prof en notant sincèrement arrive à la conclusion que ces trois copies doivent recevoir la même note, mais ça me semble assez peu probable. (Une exigence de la notation, c’est de faire des différences, et il y avait clairement assez de différences entre ces trois copies pour justifier d’en noter au moins une différemment des deux autres.) Par contre, qu’un participant qui ne cherche qu’à troller le commentaire mette trois fois la même note parce qu’en fait il se fiche des copies, ça me semble assez probable (mon premier troll qui a mis 1 aux trois copies en était un exemple), et donc en excluant ces réponses j’ai de bonnes chances d’exclure surtout des trolls.

En appliquant cette restriction au questionnaire tout public, j’ai retiré une dizaine de réponses, notamment des 0-0-0. Mais 10 sur 4282 réponses, c’est plutôt très peu ! À l’inverse, côté prof, je n’avais pas passé les 30 réponses quand j’avais déjà deux réponses exclues : le 1-1-1 déjà mentionné et un 4-4-4 qui semblait tout aussi suspect. La part des trolls me semblait donc pouvoir être élevée…

Autre problème : j’ai accepté un peu précipitamment que des profs qui n’enseignent pas en Terminale en France passent le questionnaire « version prof ». À la réflexion, je me suis dit que c’était une erreur : la correction des copies du bac de philo est vraiment liée à un fonctionnement particulier de la Terminale et du bac, et des profs qui n’ont pas enseigné en Terminale en France peuvent tout à fait l’ignorer. (Ça se voit notamment dans l’écart énorme entre les « moldus philosophes » et les profs qui corrigent effectivement le bac.)

J’avais aussi remarqué quelques participants assez étranges qui ne me donnaient presque aucune information, qui n’écrivaient pas avec une adresse académique, et qui, à la question que je posais sur les diplômes, mentionnaient seulement une licence ou un master de philosophie, ou un diplôme dans une autre discipline.

Vu que quasi tous les profs avaient répondu à la question facultative sur les diplômes, je me suis dit qu’une règle assez simple et efficace pour faire un tri qui m’assure de garder surtout des profs qui ont effectivement une expérience de correction du bac, ce serait de garder seulement les participants qui déclarent avoir le Capes de philosophie ou l’agrégation de philosophie (c’est-à-dire les concours de l’enseignement secondaire en France). Certes, on peut corriger le bac en étant contractuel donc sans avoir ces concours, mais c’est plutôt marginal. (Encore une fois, je cherchais avant tout une règle qui m’assure de ne garder que des participants fiables, quitte à exclure davantage que nécessaire.)

C’est donc en appliquant ces deux règles (exclure les profs donnant la même note aux trois copies + ne garder que les titulaires d’un concours de l’enseignement) que j’ai constitué mon groupe de 54 profs (sur 71 réponses reçues).

Notez que j’ai fait ce choix avant d’analyser les réponses en détail (et avant de les avoir toutes reçues). Pour information, si j’avais inclus aussi les personnes non-titulaires du Capes ou de l’agrégation, ça aurait peu modifié les moyennes et pas du tout les médianes, par contre ça aurait augmenté l’écart-moyen (qui reste quand même plus bas que chez les moldus).

_____________

Êtes-vous impartiaux ?

L’un des aspects qui m’intéressait le plus dans vos réponses, c’était de savoir si l’accord ou le désaccord avec les propos de la copie avait une influence sur la note attribuée. Autrement dit, sacque-t-on les copies avec lesquelles on n’est pas d’accord ?

Côté moldus, si on compare la moyenne des notes attribuées par les personnes qui se déclarent plutôt d’accord avec le contenu de la copie vs. celles qui se déclarent plutôt en désaccord, on observe bien un effet d’environ 1,5 points pour chaque copie :

Il est possible bien sûr que l’effet soit en partie dû au fait que les personnes qui sont en désaccord considère que la copie est mal argumentée ou maîtrise mal les références, mais il est possible aussi qu’elles sont davantage enclines à porter ce jugement parce qu’elles sont en désaccord… Il sera difficile de démêler quelle part de la baisse est attribuable seulement au facteur « en désaccord », mais à première vue ça renforce quand même plutôt l’idée d’une partialité dans la notation moldue.

Côté profs, par contre, il est difficile de conclure quoi que ce soit dans la mesure où le nombre de données est très limité. Ce qui différencie les profs des moldus, c’est déjà ce point-là : les profs sont en général moins nombreux à exprimer un accord ou un désaccord avec le propos des copies. On peut comparer ici la répartition des jugements côté moldus vs. côté profs :

Cela fait que les effectifs pour comparer les notes des profs « d’accord » vs. les notes des profs « pas d’accord » sont super faibles (au moins un des deux groupes compte moins de 10 personnes à chaque fois), donc à moins que l’effet soit énorme on ne pourra pas détecter grand chose ; or, a première vue, l’effet semble plutôt tout petit. Voilà quand même les résultats (à prendre donc avec de gigantesques pincettes) :

________________________

Des inversions de hiérarchies ?

Le problème qui se posent pour comparer les inversions de hiérarchie entre le groupe moldu et le groupe prof, c’est que les écarts entre les moyennes de ces copies sont beaucoup plus grand chez les moldus que chez les profs. Par exemple, les moyennes moldues pour les copies B et C sont 9,68 et 14,26 : sans surprise, 92% des moldus donnent une meilleure note à C qu’à B. Par contre, pour les raisons expliquées dans la vidéo, les moyennes des profs pour ces deux copies sont beaucoup plus proches : 11,19 pour B et 11,06 pour C. La notation de la copie C en particulier est une pomme de discorde chez les profs eux-mêmes. Il n’est donc pas très surprenant que la hiérarchie de ces deux copies divisent les profs : exactement 50% des profs dans mon questionnaire notent B strictement au-dessus de C.

(Par contre, parmi les profs qui mettent B au-dessus de C, on n’en trouve presque aucun qui place C au-dessus de A. C’est cohérent : placer B au-dessus de C signifie qu’on privilégie la pertinence par rapport au sujet plutôt que la restitution de contenu de cours ; or la copie A est beaucoup plus pertinente par rapport au sujet que la copie C qui est presque entièrement hors-sujet.)

______________________________

Et les moldus profs ?

Je réponds rapidement à une demande qui m’a été faite plusieurs fois en commentaire sur les résultats pour les moldus qui enseignent (une des question facultatives du questionnaire me permettant de savoir qui d’entre vous a enseigné et à quel niveau).

J’ai regardé vite fait, et ça ne semble pas faire apparaître de gros écart avec le reste du groupe. Flemme de faire un beau graphique mais voilà les résultats :

(Le groupe « profs pas sup » contient ceux qui ont enseigné dans un établissement pas supérieur (donc secondaire, primaire ou maternelle), même s’ils ont par ailleurs enseigné dans le supérieur. Le groupe « profs sup » contient ceux qui ont enseigné SEULEMENT dans le supérieur. Le dernier groupe contient ceux qui ont spécifiquement indiqué n’avoir jamais enseigné.)

Voilà pour aujourd’hui !

Bac philo : comment noter ?

Sommaire :
0:00 – Intro + comment réviser le bac philo sur YT
0:57 – La notation du bac est-elle aléatoire ?
2:46 – Une expérience : comment les profs notent-ils ?
4:47 – Comment des non-profs notent-ils ?
6:36 – Les instructions officielles
8:28 – Ce sont des vraies copies, donc soyez bienveillants
9:31 – Outro

Ici le questionnaire « version tout public » avec les trois copies.

Si vous avez le bonheur de corriger réellement le bac de philo, contactez-moi à cette adresse pour que je vous envoie le questionnaire « version prof » : mrphi.bac@gmail.com

Un très très très grand merci à toutes celles et ceux qui se prêteront au jeu !

👀 Ma playlist « Bac Philo » pour réviser et travailler avant le bac de philo.

📚 Mon livre de méthodo de la dissertation et de l’explication de texte pour le bac.

Et voilà !

Les philosophes ne comprennent rien à la liberté

De quoi le libre-arbitre est-il le nom ? Eh bien, ce n’est peut-être pas aux philosophes qu’il faut le demander…

***

Sommaire

0:00 – Définition classique de la liberté
3:06 – Nous ne pouvons pas agir librement
5:58 – La définition classique est-elle justifiée intuitivement ?
10:12 – Étudions vos intuitions sur la liberté ! 1er et 2e scénarios
13:44 – 3e scénario : cas de Frankfurt
16:43 – 4e scénario : cas des Ducon
19:45 – 5e scénario : déterminisme cyclique
22:03 – Scénarios bonus : boucles temporelles
25:13 – Les intuitions de philosophes sont-elles différentes ?
26:18 – Conclusion des études sur vos intuitions
27:18 – Le compatibilisme : + intuitif et + répandu
30:48 – Action libre et responsabilité morale
32:10 – Action libre et délibération
34:30 – Raisons d’agir intérieures vs. contraintes extérieures
37:33 – A free will worth having
39:36 – Un libre-arbitre gonflé de métaphysique
41:13 – Juste une dispute sémantique ?
43:27 – Désaccord sur la psychologie des compatibilistes
46:53 – De l’abus des guillemets pour parler de « liberté »
47:40 – La meilleure façon de parler du déterminisme
49:28 – Les chérubins + extraits d’interview de Florian Cova
51:15 – Outro

***

Résumé des principaux résultats

Pour les cinq premiers scénarios, ces résultats portent sur environ 12 000 réponses. Pour les trois derniers, environ 4 400 réponses.

Ce résumé donne une première idée de ce qu’ont été globalement vos réponses aux questionnaires. Il est probable que j’ajouterai plus tard un article qui présentera de façon plus détaillée les résultats définitifs.

Il y a encore bien des choses à dire en effet ! J’évoque déjà dans la vidéo certaines variations intéressantes entre philosophes et non-philosophes par exemple : les philosophes sont sensiblement plus sceptiques vis-à-vis du libre-arbitre et la responsabilité morale. (Pour les autres caractéristiques démographiques, je n’ai pas encore trouvé de variations aussi notables.)

***

Un questionnaire supplémentaire

En plus du questionnaire de base et du questionnaire supplémentaire sur les boucles temporelles, j’ai aussi envoyé un troisième tout petit questionnaire : chaque participant répondait aléatoirement à un scénario parmi quatre. Le nombre de participants est beaucoup moins important : environ 1700, soit 430 par scénario. Il faut donc prendre ses résultats avec plus de prudence (d’autant plus que la formulation des scénarios laissait à désirer sur certains points, comme on va le voir). Ceci dit, les résultats sont tout de même intéressants et je vais vous les présenter ici.

L’idée de ces scénarios était d’étudier si les conditions de la définition compatibiliste du libre-arbitre sur la délibération influençaient effectivement l’attribution de liberté et de responsabilité morale. Et, en gros, la réponse est : oui, nettement.

***

Le scénario de base était un dilemme du tramway dans lequel l’agent décide de ne pas tirer le levier parce qu’il considère que ce n’est pas à lui de décider qui doit vivre ou mourir. (Donc, dans ce cas, il est clair que l’agent délibère en ayant conscience d’une diversité d’options et en faisant valoir une raison d’agir pour expliquer son choix.)

Scénario de base

Je demandais à chaque fois si Harry s’est LIBREMENT abstenu de tirer sur le levier et s’il est MORALEMENT RESPONSABLE du fait que le train n’a pas été dévié.

Ces questions sont un peu différentes de celles que je posais dans les autres questionnaires, et cela pose au moins deux problèmes : (1) pour la première question, il s’agit d’une omission plutôt que d’une action ; (2) pour la deuxième question, il y a un flou quant à l’objet de la responsabilité morale (beaucoup peuvent avoir interprété la question comme « Êtes-vous responsable de la mort des cinq personnes ? »). Pour ces deux raisons, l’exemple n’est peut-être pas si bien choisi et l’écart entre les résultats de ce questionnaire (en particulier sur la responsabilité morale) et ceux des autres questionnaires peut en partie s’expliquer par cela, il me semble.

Quoi qu’il en soit, voyons les résultats pour ce premier scénario. Pour la question de savoir s’il s’est librement abstenu j’ai obtenu des résultats très similaires à ceux des autres questionnaires : 80% penchent du côté d’accord, 15% pas d’accord.

Scénario de base : Harry s’est-il librement abstenu de tirer le levier ?

Pour la question sur la responsabilité morale du fait que le train n’a pas été dévié, vous étiez un peu moins nombreux à attribuer cette responsabilité qu’à attribuer la liberté :

Scénario de base : Harry est-il moralement responsable du fait que le train n’a pas été dévié

L’écart n’est pas énorme, mais cela s’oppose à ce que j’ai observé sur tous les autres scénarios où l’attribution de responsabilité était à chaque fois plus élevée (de 10 à 15% environ). Le fait qu’on parle ici d’une omission plutôt que d’une action, ainsi que le flou sur l’objet de la responsabilité, pourrait expliquer cette différence.

***

Un deuxième scénario était une sorte de cas de Frankfurt (en fait c’était précisément le cas de Frankfurt que je présente en illustration dans la vidéo).

Scénario à la Frankfurt

Les réponses pour la question de la liberté sont très similaires à celle du premier scénario. Les participants sont même un petit peu plus nombreux que dans le scénario de base à reconnaître que Harry est libre. (Ce surcroît est probablement un hasard dû à la taille de l’échantillon. Sinon ce serait un résultat vraiment surprenant !)

Scénario à la Frankfurt : Harry s’est-il librement abstenu de tirer le levier ?

Par contre, les résultats sont sensiblement différents pour la responsabilité morale : le fait que l’action alternative ne soit pas possible semble bien diminuer l’attribution de responsabilité (44% du côté d’accord contre 39% du côté en désaccord).

Scénario à la Frankfurt : Harry est-il moralement responsable du fait que le train n’a pas été dévié ?

***

Un troisième scénario aurait dû servir à tester l’idée que considérer diverses options comme possibles est une condition de l’exercice du libre-arbitre : je suggérais que Harry n’a pas pu délibérer sur le fait de tirer ou non le levier parce qu’il ignorait que ce levier avait un effet sur le train.

Scénario de l’ignorance

Mais à la réflexion, j’aurais dû tout bonnement suggérer que Harry n’a pas VU le levier : au moins, il aurait été clair que cette option était en dehors de ce qu’il pouvait envisager. Tandis que dans ma façon de présenter les choses ci-dessus, on peut considérer que Harry a bien délibéré sur le fait de tirer ou non sur le levier et que, faute de savoir qu’il aurait un effet sur la trajectoire du tramway, il a décidé de ne pas le tirer. L’option « tirer sur le levier » aurait donc quand même été envisagée et on peut considérer qu’il s’en est abstenu librement pour cette raison.

Quoi qu’il en soit, même dans cette version imparfaite, les résultats montrent déjà un effet important sur l’attribution de liberté : ils ne sont plus que 49% du côté d’accord (contre environ 80% pour les deux scénarios précédents).

Scénario de l’ignorance : Harry s’est-il librement abstenu de tirer le levier ?

Les résultats à la question de la responsabilité sur ce scénario où Harry ignore l’effet du levier sont ceux qui m’ont le plus surpris : de façon ultra-majoritaire, Harry n’est pas tenu pour responsable du fait le wagon n’a pas été dévié. Le simple fait d’ignorer que son action pouvait dévier le train suffirait à le dégager de la responsabilité des conséquences de son omission…

Scénario de l’ignorance : Harry est-il moralement responsable du fait que le train n’a pas été dévié

Moralité : ne réfléchissez pas trop à ce que vous pouvez faire, et vous ne serez pas tenu pour responsable de n’avoir rien fait !

***

Enfin, le dernier scénario était celui qui permettait le mieux d’étudier l’hypothèse que la délibération est une condition de l’exercice du libre-arbitre selon notre compréhension intuitive : ce scénario stipulait que Harry, tout en étant en capacité de tirer le levier et en sachant l’effet que ça aura, n’a pas le temps de peser les raisons de le faire ou non. (L’idée était donc de retirer une des composantes de la délibération : s’arrêter sur une raison d’agir.)

Scénario sans raison d’agir

Dans cette situation, la plupart des répondants considèrent que Harry ne s’est pas librement abstenu de tirer : 52% du côté en désaccord, 35% du côté d’accord.

Scénario sans raison d’agir : Harry s’est-il librement abstenu de tirer le levier ?

Et pour la responsabilité morale, les résultats presque identiques :

Scénario sans raison d’agir : Harry est-il moralement responsable du fait que le train n’a pas été dévié

***

Voilà pour ce petit questionnaire supplémentaire ! Avec 430 participants par scénario randomisé, la différence dans l’attribution de liberté entre les cas 1 et 2 (> 80%) et les cas 3 et 4 (49% et 35%) est bien assez nette pour ne pas être l’effet du hasard. (Il y aura bien un fréquentiste dans l’assistance pour me calculer p, allez !) Il est très vraisemblable en tout cas que ces deux aspects de la délibération (concevoir des options alternatives et avoir le temps de peser des raisons d’agir) aient un effet important sur la façon dont nous concevons l’action libre.

Et si on proposait un scénario qui combine l’absence de raison d’agir et l’absence d’option alternative conçue (par exemple si Harry n’avait pas même vu le levier), l’effet combiné serait vraisemblablement encore plus prononcé.

Mais bref ! C’est assez de questionnaire et de graphiques pour aujourd’hui !

***

Quelques notes de bas de page importantes

Au cours de la vidéo, comme souvent, j’ai ajouté des petites notes de bas de page (de bas d’écran plutôt), et vu que certaines présentes des points qui me semblent tout de même assez important, je me suis dit que j’allais les copier-coller ici pour ceux qui ne les auraient pas vues.

***

Sur les définitions intuitives de la liberté :

Vous étiez 12% à déclarer connaître une définition précise de cette expression. Parmi les définitions que vous m’avez données, il y en avait qui reprenaient des éléments de
la définition classique (parfois avec une référence explicite aux philosophes, ce qui suggère que ça a été quand même pas mal influencé par un cours de philosophie…). Mais l’élément qui revient de loin le plus souvent dans vos définitions, c’est quelque chose de simple : agir sans contrainte. Sur 1360 réponses, 563 (soit + de 40% !) utilisent spécifiquement ces mots ou l’expression voisine « ne pas être contraint ». L’absence de contrainte peut faire penser à la condition d’auto-détermination, mais il est fréquent que la définition donnée précise un type plus restreint de contrainte. Par exemple, l’une des réponses reçues est : « Agir librement est le fait de pouvoir faire un choix sans contrainte directe biaisant ce choix (Menace par exemple) » ou encore « Agir sans une contrainte extérieure : menace, mise en danger d’un autre en cas de non action, travail alimentaire, choix à contre cœur, manipulation (nudge), faux dilemme, pièges rhétoriques (désolé si tout n’est pas forcément cohérent) ». Tout ceci n’exclut pas que d’autres formes de déterminations influencent l’action. Bref, agir sans contrainte, c’est très vague, et ce n’est pas en soi un défaut : notre compréhension intuitive est vague et une bonne définition peut se contenter de situer correctement cet aspect vague.

À vrai dire, je m’attendais à ce que vos propositions de définition soient bien plus proches de la définition classique : je pensais que cette définition classique avait le mérite d’être au moins intuitive en tant que définition possible. Mais non, donc, même pas.

Quoi qu’il en soit, comme je l’expliquais dans mon épisode « Définir « définir » », pour étudier de quelle façon les locuteurs comprennent une expression du langage ordinaire, il faut plutôt se pencher sur l’usage qu’ils en font que sur les définitions qu’ils en donnent (définitions qui ne font que tenter de capturer l’usage après coup, souvent sans succès.)

Et en ce qui concerne ce questionnaire, c’est une toute petite minorité de locuteurs qui ont accepté de donner une définition, tandis que l’écrasante majorité des autres reconnaissaient plutôt avoir une compréhension intuitive sans vraiment être capable de donner une définition précise.

Il y a bien aussi quelques jusqu’au-boutiste qui ont une définition bien à eux de la liberté et qui ont décidé de répondre en fonction de leur définition et pas en fonction de leur intuition. Mais ils étaient très peu nombreux dans ce cas : autour de 0,5%.

***

Sur le « pouvoir agir autrement » :

Vous pouvez remarquer dans les résultats globaux que le seul cas où la majorité tire du côté « pas d’accord », c’est un cas où il n’y a pas de délibération du coup (action impulsive sous l’effet d’une drogue prise à son insu). Mais c’est aussi un cas où il n’y a pas de possibilité réelle alternative. Pourrait-on imaginer un cas où il y a une possibilité réelle que l’agent agisse autrement mais pas de délibération ? Prenez le scénario 2 mais en boucle temporelle indéterministe : la drogue ferait effet seulement une fois sur deux. Harry agit-il librement en tirant sur son voisin dans ce cas ?

Je parie que les résultats seront similaire à ceux du scénario 2 : très majoritairement non. L’absence de délibération est plus importante que l’existence d’une possibilité alternative réelle sur laquelle l’agent n’exerce aucun contrôle.

Autre remarque. Il y a beaucoup de réflexion sur le « pouvoir agir autrement » qu’on attribue communément aux agents lorsqu’ils agissent librement. C’est en effet très intuitif : même dans un scénario déterministe où Harry tue son voisin, on peut trouver qu’il y a un sens à dire qu’il pouvait refuser de le tuer. Mais il n’y aucune raison d’interpréter cela comme l’affirmation d’une possibilité réelle (qui s’oppose directement à l’hypothèse déterministe). Si l’on est enclin à maintenir cette affirmation d’un « pouvoir agir autrement » même dans le cas déterministe, c’est plutôt le signe que l’on comprend cette expression d’une façon plus modeste, par exemple au sens épistémique comme je l’ai expliqué, ou alors au sens d’une disposition ou d’une capacité générale à faire ce type d’action (c’est ce sens qui serait le plus courant, en fait, quand on étudie les intuitions des locuteurs). Ainsi, même lorsque Harry accepte de tuer son voisin dans un scénario déterministe, on peut considérer qu’il pouvait ne pas le faire parce qu’on estime qu’il a par ailleurs une capacité générale à s’abstenir de ce type d’action, même si dans les circonstances particulières de l’action il n’a pas été amené à user de cette capacité. En tout cas, retenez que tout argument qui traduit immédiatement un « pouvoir agir autrement » du langage ordinaire en une possibilité réelle, est un argument qui insuffle bien plus de métaphysique que nécessaire dans le langage ordinaire !

***

Quelques liens pour aller plus loin…

Les articles de l’indispensable Stanford Encyclopedia of philosophy (très complet mais donc long, technique et aride) : Free will, Compatibilism + ce complément sur l’état du débat contemporain et Incompatibilism.

Et concernant la responsabilité morale, dont j’ai moins parlé : Moral responsability and alternative possibilites et Skepticism about moral responsibility.

Sur les expériences de Libet et plus généralement les études sur la volition et la conscience : l’article Wikipédia sur les neurosciences du libre-arbitre (en anglais) est très bien. Comme je le dis en note dans la vidéo, ces études sont intéressantes pour étudier les mécanismes de la volition, de la prise de décision, de la conscience de la prise de décision, etc. ; du point de vue d’un compatibiliste ça revient à étudier le libre-arbitre (au sens des compatibilistes contemporains), pas à le réfuter.

Un bref article du physicien Sean Carroll sur le free will, comme quoi tous les physiciens ne ressemblent pas à Sabine Hossenfelder !

Une critique de la vidéo de Sabine Hossenfelder (on peut en trouver beaucoup d’autre mais celle-ci est efficace).

Un article en français qui présente le compatibilisme, par Aurélien Nioche. (Oui ça manque de choses en français dans mes références, mais de fait c’est beaucoup moins discuté chez nous.)

L’ensemble de l’ouvrage dont est tiré cet article a l’air très intéressant par ailleurs, avec pas mal d’articles en français sur les différentes positions.

***

C’est tout pour aujourd’hui (et c’est déjà pas mal, non ?)

La liberté SELON VOUS (oui vous👈, là)

Le questionnaire de l’expérience se trouve ici :
👉👉👉 LE QUESTIONNAIRE 👈👈👈

Les connaisseurs auront remarqué que le scénario 3 est un « cas de Frankfurt ».

Les scénarios 4 et 5 s’inspirent des scénarios de cet article classique de philosophie expérimentale.

Sommaire

0:00 – 1er scénario : tueur à gage
1:10 – 2e scénario : sous l’emprise d’une substance
1:55 – 3e scénario : la puce dans le cerveau
3:28 – Pourquoi s’intéresser à la compréhension intuitive des notions de liberté et de responsabilité ?
5:48 – Un peu de philosophie expérimentale
8:45 – Participez à l’expérience !
9:57 – 4e scénario : les quadruplés
12:10 – 5e scénario : l’éternel retour
12:35 – Déterministe =/= prévisible
14:28 – Modèle cyclique de l’univers
15:21 – 5e scénario (suite) : l’éternel retour du tueur à gage
16:10 – Merci pour votre participation !

Le paradoxe de Newcomb résolu ?

Vous pouvez aller voter dans le commentaire épinglé (sur la page YouTube) !

Une précision concernant la variante de Fear Factor : l’idée derrière cette variante, c’est seulement de souligner en quoi l’information qu’on acquiert sur soi peut servir de motif à l’action, peut nous donner une bonne raison d’agir. Ce cas est plus frappant parce que normalement, si vous avez vraiment choisi une action pour laquelle vous êtes très incertain quant à votre capacité de la faire, il doit être clair que vous acquerrez une information sur vous-même si vous réussissez à réaliser l’action : vous aurez appris que que vous en êtes capable. Et il doit être clair aussi qu’avant d’ouvrir la mallette vous ne pouvez pas acquérir cette information autrement qu’en réalisant l’action.

D’autre part vous devriez considérer aussi que si vous apprenez que vous avez cette capacité à faire l’action, alors vous apprenez du même coup que cette capacité aura aussi très très probablement causé la détection de l’algo et donc la présence de la récompense, et la perspective d’acquérir cette information qui augmente la probabilité (épistémique) d’avoir la récompense peut sembler particulièrement convaincant et constituer en soi une raison de faire l’action. En tout cas ça me paraît plus saillant pour ce type de cas.

Mais gardez en tête que ce n’est pas ça un cas « classique » de Newcomb, ne focalisez pas votre lecture du paradoxe sur ce cas seulement, c’est juste une variante pour illustrer un point ; cette variante est moins bonne sous certains aspect parce que c’est moins « pur » que le cas classique (ou la variante à 2 joueurs), il y a beaucoup d’autres raisons d’agir qui peuvent intervenir dans le cas Fear Factor. Ça reste un cas intéressant à avoir en tête pour rendre plus concrète et intuitive l’idée qu’un agent peut avoir à faire une action pour acquérir une information sur une caractéristique qu’il ignore posséder déjà.

Si vous êtes curieux des sondages de philosophes que je mentionne à la fin, vous pouvez jouer avec ici.