Pourquoi notre système de vote est nul (et le moyen le plus simple de l’améliorer)

Pour participer au petit sondage dont je parle à la fin de la vidéo, c’est par là.

Si vous voulez approfondir ces questions sur les systèmes de vote et que vous lisez l’anglais, je ne saurais trop vous recommander l’article de la Stanford Encyclopedia of Philosophy.

L’article qui rapporte un vote d’experts en système de vote sur les systèmes de vote (et qui ont spontanément choisi le vote par approbation pour mener ce vote).

Le site d’une association qui promeut le vote par approbation, et notamment la page qui recense les usage du vote par approbation à travers le monde.

Voilà !

Sommaire

0:00 – Intro : tout le monde déteste le scrutin actuel
1:36 – Deux problèmes : spoiler effect et dilemme du vote utile
3:24 – Des alternatives nombreuses… (VOUS CONNAISSEZ LE JUGEMENT MAJORITAIRE ?)
5:50 – mais trop compliquées, et c’est un problème.
7:57 – L’alternative la plus simple
8:54 – Un détail qui change tout : uninominal ou pas
10:02 – Si le vote exprime le soutien, pourquoi est-il uninominal ?
11:08 – Que se passerait-il si on laissait tomber l’uninominalité ?
13:25 – Le vote par approbation (et pourquoi il semble naturel)
15:05 – Pourquoi ce mode de scrutin n’est pas sujet aux problèmes du début
17:56 – Le problème du méta-scrutin
19:30 – Outro (sondage en commentaire)

3 réflexions au sujet de « Pourquoi notre système de vote est nul (et le moyen le plus simple de l’améliorer) »

  1. Salut, monsieurphi !

    Si tu ne souhaites pas tout lire, tu peux te contenter de lire les deux paragraphes qui suivent :

    Petite remarque sur un commentaire que tu avais fait sur Twitch concernant un paradoxe apparent du gagnant de Condorcet. Tu disais qu’il existait des cas où le gagnant de Condorcet n’était « clairement » pas le bon choix. J’aimerais rebondir là-dessus car ce n’est pas tant vrai que ça.
    En effet, il existe plusieurs arguments et observations qui semblent mettre en doute l’hypothèse prise « des votes égaux qui font un cycle indécidable devrait être ignorés ».

    —————

    Explications détaillées :

    Pour commencer, pour rappel, on se basait sur l’exemple donné par stanford :
    https://plato.stanford.edu/entries/voting-methods/#ElecCondWinn

    Dans cet exemple, l’argument contre Condorcet (et en faveur de Bordat) repose sur l’hypothèse que les votes qui reposent sur un cycle indécidable devraient être « ignorés » et s’annulent les uns les autres.
    À savoir :

    10 bulletins : A > B> C
    10 bulletins : B > C > A
    10 bulletins :C > A > B

    devraient s’annuler.

    Cette hypothèse est hautement discutable et pose des tas de soucis qui sont peut-être pires que l’intuition qu’on croit avoir dessus.
    1) Car elle implique une propriété peut intuitive dans ce qu’on veut avoir.
    2) Car, mathématiquement, on perd de l’information.
    3) Car, l’intuition que l’on a peut s’avérer être en réalité un raccourcit mental non opérant dans ce contexte.

    1) On peut voir que dans l’exemple donné par Stanford (que j’ai pas donné entièrement ici, allez le lire si vous voulez comprendre), que si le candidat « C »,qui n’est donné gagnant par aucunes des deux méthodes, ne se présente pas alors le cycle indécidable n’aurait pas existé et c’est « A » qui aurait gagné par Condorcet ET Bordat.
    On voit donc que l’hypothèse implique directement le viol de la propriété souvent recherché qu’un candidat extérieur qui n’est donné gagnant par personne ne puisse pas saboter les chances d’un autre candidat.

    2) On peut se poser la question de pourquoi il est soit-disant naturel d’ignorer les votes qui sont dans un cycle indécidable. Est ce qu’on est sûr qu’il n’y a pas une information utile qu’on jette quand on décide de purement ignorer le cycle ?

    Dans le cycle indécidable, ci-dessus, on peut quand même noter l’information que A est supérieur à B dans deux tiers des situations et qu’on est dans une situation différente que si on avait le cycle indécidable :

    10 A > C > B
    10 C > B > A
    10 B > A > C

    qui aurait donné B gagnant dans deux tiers des situations si C ne se présentait pas.

    En bref, en voulant juste « ignorer » les cycles indécidables, en considérant que les « votes s’annulent les uns les autres, on est en train de sciemment perdre l’information de quel type de cycle indécidable on est en train d’ignorer.

    En l’occurence, il existe deux types de cycles indécidables, ceux qui donnent A supérieur à B et ceux qui donnent B supérieur à A quand C n’est pas présent.

    3) Peut on vraiment dire que le cerveau humain a une vraie intuition sur le sujet et que l’hypothèse prise ne pourrait pas être une erreur de jugement ? On pourrait arguer que l’intuition derrière cette règle peut venir d’une mauvaise intuition concernant le comportement de groupes qui ne sont pas ordonnés transitivement ?

    En l’occurrence, mathématiquement, si on est face à un cycle alphabétique et un cycle antialphabétique , on pourrait effectivement considérer que les deux cycles s’annulent.
    Mais si on est face à uniquement un type de ces cycles qui d’avantage présent qu’un autre, il serait cavalier de directement prétendre que « ça s’annule ». Il faudrait utiliser un autre argument supplémentaire qui n’est pas donné.

    J’aime

  2. Petite précision, quand je parle de cycle « alphabétique », j’entends le cycle où A gsgne contre B. B gagne contre C. C gagne contre A.
    Le cycle antialphabétique: C gagne contre B, B gagne contre A, A gagne contre C.

    J’aime

  3. Ping : Ne pas voter, est-ce pour les cons ? - Le chalon philo

Répondre à Passiontifique Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s